Ferme des 1000 vaches : des questions légitimes, une réponse inacceptable

Ferme des 1000 vaches : des questions légitimes, une réponse inacceptable

Les député-e-s écologistes ne peuvent accepter le ton et le fond de la réponse faite aujourd’hui à la question de Barbara Pompili sur la ferme des 1000 vaches par le ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll.

Alors qu’une mobilisation citoyenne de grande ampleur se développe, le ministre de l'agriculture feint de ne pas voir les questions environnementales et sanitaires posées par un projet incohérent et non maîtrisé.

Si le ministre a convenu qu’il serait insupportable de voir une exploitation de production de méthane et de production de lait se développer sans agriculteurs, la constance que met le gouvernement à nier les autres aspects de la question ne cesse d’interroger.

Contrairement aux dires du ministre, le dimensionnement du projet n’est en rien garanti : c’est bien un permis de construire portant sur des bâtiments pouvant accueillir 1.000 vaches qui a été délivré, c’est bien un méthaniseur calibré pour 1000 vaches qui est prévu. Le nombre de 500 vaches sur lequel se développe la communication officielle n’est que la conséquence d’une surface d’épandage aujourd’hui réduite, mais qui n’est que provisoire et dont tout laisse à craindre qu'elle pourrait évoluer dans un proche avenir.

Au-delà, tous les spécialistes s’accordent pour reconnaître qu’une concentration de têtes de bétail de ce niveau nécessitera le recours massif aux antibiotiques, et représente donc un risque insupportable, tant du point de vue de la qualité sanitaire du lait et de la viande produits et commercialisés, que de la santé et de la qualité de vie des animaux.

Ces contradictions, ces interrogations légitimes, ne peuvent être gommées par des déclarations péremptoires du ministre, qui traduisent la fébrilité des pouvoirs publics sur ce projet.

Les député-e-s écologistes sont déterminés à continuer à relayer la colère citoyenne, la mobilisation syndicale et la volonté partagée de favoriser une agriculture respectueuse des consommateurs, des agriculteurs, des territoires et des animaux.

Brigitte Allain, députée de la Dordogne

 

Barbara POMPILI, députée de la Somme

François de RUGY, député de Loire-Atlantique

Co-présidents du Groupe écologiste de l'Assemblée nationale

 

Vidéo de la question d'actualité au gouvernement posée par Barbara Pompili


Ferme des 1000 vaches par Pompili

 

Et depuis, le débat sur les 1 000 vaches est revenu dans l'hémicycle : voir les échanges sur les amendements écologistes portant sur l'encadrement de la méthanisation

Equipe de Barbara Pompili

A lire également

3 Comments

  1. 2 juillet 2014 at 09:02
    Reply

    Merci d’insister auprès du gouvernement sur cette affaire.

    Il est cependant très dommage que vous ne parliez pas du bien-être des vaches. Ce sont les premières concernées.

    La question animale intéresse l’opinion publique. Pourquoi au niveau politique est-elle systématiquement occultée?

  2. 10 juillet 2014 at 11:08
    Reply

    Honte aux politiques, vous nous faites mourir, vous martyrisez les animaux , vous détruisez la terre, et vos 1ooo vaches du court terme , parce que ça ne marchera pas. On est au bout de cette société et la majorité des gens n’en veule plus. Ramery et les mille vaches, pour les subventions de l’état, notre argent. Honte ! honte! honte !.

  3. Wuilleme
    11 juillet 2014 at 18:07
    Reply

    Madame la députée,
    Merci de défendre l’intérêt de tous. Vous savez peut-être que les élevages en stabulation sont très nocifs à notre santé et que la viande bovine est malsaine à la consommation du fait des purines contenues dans la viande. De plus, l’élevage intensif favorise les émissions de méthane. Aussi, l’élevage maltraite les productions agricoles, les volumes de nourriture produits pour l’entretien des animaux, pénalisent les habitants de toute la terre. Si, dans le monde, l’élevage de bovins était supprimé, la production légumière et fruitière pourraient nourrir correctement 9 000 0000 000 d’habitants. Combien d’hectares de culture fourragère, pour la nourriture des animaux faut-il pour disposer sur notre table d’un rôti? Je vous assure, c’est aberrant. La viande est aucunement nécessaire à notre équilibre. Il n’y a pas que dans la viande que nous trouvons des protéines, d’ailleurs pour notre organisme, il nous est nécessaire que de, en moyenne, de 7% de protéine de ce que nous ingérons. De plus, trop de protéines, nous apportent trop d’acidités dans notre corps, ce qui entraînent des maladies dégénératives. Nous devrions manger un maximum de fruits et de légumes, nous sommes des frugivores.Si nous voulons sauver l’humanité, faisons un pas vers crudivorisme ou le végétarisme, sans oublier qu’une cuisson à plus de 42°C limite l’absorption de tous les nutriments nécessaires à notre santé. Bonne fin de journée, et merci encore de défendre l’intérêt de tous.

Commenter

Close